L'Étoile (Somme).
Grande enceinte du Néolithique apparaissant tôt le matin grâce à des taches d'humidité rémanente.
Les premiers agriculteurs
Monographie : L'enceinte Néolithique de l'Étoile
page 1page 2page 3page 4
L'Etoile (Somme). Grande enceinte néolithique. Repéré à la fin de l'hiver 1971, le site de l'Étoile (Somme) est apparu, à l'époque, comme la première structure caractéristique de l'époque Néolithique, photographiée dans son intégralité dans le Nord de la France. Les clichés aériens permettaient de reconnaître une vaste enceinte à fossés interrompus, dont le plan, très grossièrement "ovalaire", nous était révélé sur les terres nues, grâce aux taches d'humidité
différentielle subsistant au niveau d'un large fossé comblé présentant 8 interruptions. Cet enclos délimite une superficie de presque 5 hectares. L'existence d'une palissade doublant le fossé à l'intérieur a été confirmée par la suite. Une autre palissade partage l'aire de l'enceinte en deux parties, créant un espace grossièrement circulaire à l'intérieur de l'enclos. Des sondages et des fouilles ont été réalisées au niveau de certaines entrées en 1973, puis en 1981 et 1983 (Bréart 1984). Ces recherches ont montré qu'une solide palissade était constituée de gros rondins de bois sur lesquels devaient venir s'appuyer les déblais des matériaux extraits du fossé, formant ainsi à l'intérieur de l'enceinte un petit chemin de ronde.

L'Etoile (Somme).   L'Etoile (Somme).
Même site dans les céréales. Parallèlement au fossé, on distingue les traces d'une palissade. L'Etoile (Somme).   Fouilles du camp néolithique de l'Etoile (Somme).

Les analyses anthracologiques ont précisé que ceux-ci avaient été débités dans du chêne. Au niveau des interruptions du grand fossé, toujours très large, cette palissade présentait des aménagements particuliers comme par exemple, un dispositif en entonnoir, conçu pour canaliser et faciliter l'accès à l'intérieur de l'enclos, tout en permettant une obturation facile. La palissade crée un barrage important qui ne laisse subsister que des entrées relativement réduites aux endroits où l'interruption du fossé du camp est large de plusieurs mètres. Des datations au C14, effectuées sur de gros charbons de bois, prélevés au fond de l'un des trous de poteaux de cette palissade et dans la couche archéologique du fossé, ont donné des dates s'étalant de la fin du sixième à la fin du cinquième millénaire. L'implantation principale de l'enceinte de l'Étoile daterait du Néolithique moyen (soit des environs de 4500 ans avant notre ère), culture déjà mise en évidence occasionnellement dans la Vallée de la Somme, mais qui est beaucoup mieux connue dans les vallées de l'Aisne et de l'Oise.


Haut de page
page 1page 2page 3page 4