Tartigny (Oise).
Découverte de la nécropole. Les céréales sont plus vertes au-dessus des tombes, des enclos funéraires et des trous de poteaux.
Les sanctuaires gaulois et gallo-romains
Monographie : La nécropole de Tartigny (Oise)
page 1page 2page 3page 4page 5page 6page 7page 8page 9
Tartigny (Oise). La nécropole gauloise de Tartigny a été découverte par prospection aérienne lors de la sécheresse de juin 1976 (Agache 1978, fig. 33) et a été fouillée à la fin de l'été 1983 (Massy et alii 1986, pp. 13-81).
La partie fouillée comprend quatre enclos fossoyés quadrangulaires :
Un premier grand fossé de 18,70 m de côté renfermait en son milieu une sépulture bouleversée par des pillages, avec une dizaine de vases et un petit objet en tôle de bronze. Un deuxième enclos, plutôt légèrement trapézoïdal est accolé au côté ouest du premier.
Il avait en son centre une sépulture à incinération contenue dans une fosse quadrangulaire de 2,80 m sur 2,95 m. Neuf vases à offrandes étaient disposés au nord, ainsi qu'une pince à épiler trouvée au pied d'un autre vase. Deux petits fossés quadrangulaires de 6,20 m de côté, ne contenant pas de sépulture, étaient placés de part et d'autre des deux premiers enclos. Trois sépultures en fosse ont été étudiées autour des enclos. Il s'agit de petites sépultures à incinération qui contenaient aussi de nombreux vases et du matériel métallique. Trois des sépultures étaient entourées de quatre trous de poteaux, partiellement discernables sur la photo aérienne. Ils devaient supporter une structure bâtie que l'on suppose être des maisons funéraires en bois. On peut penser que ces édicules, parfois beaucoup plus complexes, dressés sur les tombes de personnages importants qui deviennent des "héros", sont peut-être à l'origine de sanctuaires indigènes.

Tartigny (Oise).   Tartigny (Oise).
Tartigny (Oise). Fouille d'une sépulture à incinération. Photo Georges Pierre Woimant.   Tartigny (Oise). Riche matériel archéologique trouvé dans une sépulture à incinération gauloise. Photo Centre archéologique Européen du Mont Beuvray.

Le mobilier métallique est remarquable : les pièces métalliques en fer ornent un seau en bois avec anse, cerclage, crochets et charnières; 3 forces, 6 couteaux, 2 couteaux-rasoirs-précelles, 1 bassin en tôle de bronze, 1 anneau de bronze, 3 fibules et 1 anneau d'ambre.
On note l'absence d'armes dans le rituel funéraire, alors qu'elles sont abondantes dans les sanctuaires de la même région, comme par exemple à Gournay-sur-Aronde. L'ensemble des 5 sépultures de Tartigny est daté de la phase moyenne de la période gauloise, dite de La Tène II. Les spécialistes pensent que les individus incinérés dans le secteur fouillé appartiendraient à une ou à plusieurs familles de l'aristocratie bellovaque. Tout laisse penser que, ici, à Tartigny, certaines tombes riches pourraient être celles de druides.


page 1page 2page 3page 4page 5page 6page 7page 8page 9