Hypothèse de reconstitution de la grande maison gauloise de Verberie (Oise) et de son environnement sur les bords de l'Oise. Elle a un plan sub-rectangulaire, avec des côtés légèrement arrondis.
Elle mesure 22 m de long sur 12,50 m de large.
L'habitat gaulois
Monographie : La ferme gauloise de Verberie (Oise)
A B C D E F 
Hypothèse de reconstitution Un site anciennement occupé
Les derniers grands chasseurs de la fin de la Préhistoire, et plus précisément de la civilisation magdalénienne, au douzième millénaire avant notre ère, ont établi à plusieurs reprises leurs campements sur les bords de l'Oise, pour y chasser le renne lors de sa migration d'automne. Leur principale activité était le travail de l'os, la boucherie et la préparation des peaux de renne (fouilles de F. Audouze).
D'autres vestiges archéologiques datés du Néolithique et des âges des Métaux (Chalcolithique et âge du Bronze final) ont été trouvés dans le même champ. Cette concentration de vestiges s'explique par la présence d'un passage à gué qui a été utilisé jusqu'au XIXe siècle.

Un établissement gaulois exceptionnel
Le site gaulois a été découvert lors d'un survol aérien réalisé lors de la période de sécheresse de juin 1976. Alors que le mûrissement du blé était déjà bien avancé dans l'ensemble du champ, les céréales sont restées vertes à l'emplacement des trous de poteaux et des fosses, ainsi que dans la partie basse du terrain près de la rivière.


Vue aérienne   Vue de la fouille du même site.
Vue aérienne de la maison gauloise de Verberie (Oise).   Vue de la fouille du même site. Dans un angle,
on remarque une cloison interne qui délimite la partie d'habitation, le reste ayant dû servir de grange
à fourrage et d'étable.

La fouille, réalisée au mois d'août de la même année, a permis de mettre au jour un grand bâtiment rectangulaire aux extrémités légèrement arrondies de 22 m de long sur 12,50 m de large (Blanchet et alii 1983).
L'édifice était constitué de 39 trous de poteaux périphériques qui maintenaient le mur extérieur en bois et en torchis. La charpente était soutenue par six poteaux internes (tierces), formant un châssis interne. Les poteaux sont fortement ancrés dans le sol, formant une structure spécialement bien adaptée pour couvrir un grand espace central de 140 m2 aussi large que long, alors que la surface totale est de 225 m2.
Les 5 fosses adjacentes qui bordent ou recoupent les trous de poteaux ont livré principalement de la céramique typique du début du IIème siècle av. J.-C. Ce bâtiment devait avoir de multiples fonctions : habitation, grange, étable, atelier ou peut-être salle communautaire.