Le village actuel de Vermand (Aisne) s'est ancré sur l'oppidum des Viromanduens qui a été très fortement renforcé au Bas Empire avec, entre autres, de remarquables bas reliefs funéraires.
 
Incheville (Seine-Maritime). Camp de Mortagne. Magnifique oppidum installé sur une colline de forme ovale et défendue par un puissant murus gallicus.
L'habitat gaulois : Les oppida
Les collines fortifiées
A B C D E F
page 1page 2page 3page 4
Le village actuel de Vermand (Aisne)

Incheville (Seine-Maritime) au lieu dit : Camp de Mortagne.
Beaucoup de ces oppida sont situés sur des hauteurs. Ils sont remarquablement adaptés au relief. Les Gaulois ont su choisir des collines faciles à défendre car protégées sur une bonne partie de leur pourtour par de forts abrupts naturels. C'est le cas de La Chaussée-Tirancourt (Somme), de Bracquemont près de Dieppe (Seine-Maritime), d'Incheville (Seine-Maritime), et de Pommiers (Aisne) qui sont les types mêmes de ce que l'on appelle un éperon barré.
Ces collines ne sont reliées au reste du plateau que par une bande de terrain plat que les Gaulois ont puissamment fortifiée grâce au creusement d'un fossé, parfois de deux fossés et l'édification d'une levée de terre qui barre cette partie non défendue naturellement (d'où l'appellation "d'éperon barré").
Ces terrassements énormes, bien visibles sur le terrain, ont depuis longtemps retenu l'attention. Ce n'est donc pas un hasard si ces oppida ont été très tôt classés "monuments historiques".
Dans l'imaginaire populaire, ils ne pouvaient être que l'œuvre des Romains.
Beaucoup de ces collines sont répertoriées sur le cadastre sous l'appellation de "Camp de César"… Bien entendu, on s'est imaginé que César y avait caché des trésors! À Érondelle, les paysans parlent toujours du "cadot" (fauteuil) d'or de César !
Quelques-uns de ces oppida ne sont guère observables d'avion, car ils sont situés dans la forêt comme à St Pierre-en-Chastre (Vieux-Moulin, Oise) ou à Fécamp (Seine-Maritime).
Même lors de la dernière guerre mondiale, les fossés et levées de terre des oppida étaient considérés comme d'efficaces obstacles antichars! Des emplacements de batteries de canons sont encore visibles sur les levées de terre antiques de La Chaussée-Tirancourt et de Liercourt-Erondelle (Somme).
Parmi les autres oppida de plaine, il faut citer celui de Variscourt/Condé-sur-Suippe (Aisne) aux lieux dits "Vieux Reims" et "Mur de Rome", puis celui de Villeneuve-Saint-Germain (Aisne), dont les deux grands fossés parallèles barrent le méandre de la rivière. Les structures internes ont été fouillées sur une large étendue.


Haut de page
page 1page 2page 3page 4