Les céréales qui sortent de terre laissent voir une partie des enclos emboîtés et de très nombreuses fosses à l'intérieur comme à l'extérieur. Capelle-Fermont (Pas-de-Calais)
 
 
 
Drucat (Somme). La rosée fait apparaître à la perfection les doubles enclos emboîtés, de forme ovale, d'une ferme indigène avec son chemin d'accès et une grande
fosse comblée.
 
Tailly-l'Arbre-à-Mouches (Somme). Bel exemple de ferme indigène dont l'enclos intérieur est parfaitement rectiligne et qui est inclus dans un vaste système fossoyé très irrégulier.
L'habitat gaulois : Les aedificia (fermes gauloises aristocratiques)
Différents types d'enclos emboîtés
A B C D E F
page 1page 2page 3page 4page 5page 6page 7

Capelle-Fermont  

Drucat (Somme)

Tailly-l'Arbre-à-Mouches
On peut distinguer trois types principaux de fermes indigènes :

- LE TYPE A est constitué d'ensembles irréguliers à dominante curviligne. Se dessinent ainsi des formes vaguement "ovalaires", mais rarement bien ovales comme à Drucat (Somme). Leurs entrées, en entonnoir curviligne, sont assez caractéristiques, mais pas constantes.
Elles sont généralement associées à un très grand nombre de fosses comme à Capelle-Fermont (Pas-de-Calais).

- LE TYPE B est beaucoup plus fréquent.
Il est constitué de deux enclos morphologiquement bien différents :
l'enclos interne (enclos I) est régulier, rectiligne et généralement assez ramassé.
Le second enclos externe (enclos II) est irrégulier, à dominante curviligne et le plus souvent assez vaste. On peut en montrer quelques exemples. Il arrive que des partitions internes soient observables.
Dans quelques cas, des substructions gallo-romaines sont décelables dans l'enclos I.
On rencontre aussi ce système d'enclos emboîtés de type II, absolument identique, autour de certaines petites villas gallo-romaines.
Les deux photographies de Blangy-Tronville (Somme), dans le diaporama suivant, montrent bien, d'une part la nécessité de survols nombreux, d'autre part, la prudence à adopter quant à l'interprétation d'une seule vue aérienne.
Ce n'est pas parce qu'aucune substruction gallo-romaine n'est discernable sur le cliché,
qu'il n'y en a pas!
Cela révèle aussi les similitudes existantes entre une ferme indigène et une villa gallo-romaine ;
on passe probablement de l'une à l'autre.

Haut de page
page 1page 2page 3page 4page 5page 6page 7