Aquarelle ancienne du
"Camp de César" qui,
depuis des siècles, a
beaucoup impressionné par l'ampleur des fortifications.
La Chaussée-Tirancourt
(Somme). Bibliothèque
d'Abbeville.
L'habitat gallo-romain : Les ouvrages militaires
Les oppida
A B C D E F G H
page 1page 2
Aquarelle ancienne du Camp de César. La Chaussée-Tirancourt (Somme). Les troupes romaines ont manifestement occupé et renforcé l'oppidum de la Chaussée-Tirancourt (Somme), même si les enceintes fossoyées, situées à l'extérieur, n'ont pas les caractéristiques de retranchements romains.
En revanche, à Liercourt-Erondelle (Somme), les Romains ont considérablement renforcé la grande levée de terre de l'oppidum et installé un camp à l'extérieur. Il est probable qu'ils se sont installés sur les collines
de Liercourt et La Chaussée (Somme) après la Guerre des Gaules pour faire face à des soulèvements. La pacification a demandé du temps!

Le camp de César   Même site.
Le "camp de César" était considéré comme le type parfait de l'oppidum "belge" avec une levée de terre et un fossé barrant le plateau. Mais des fouilles récentes font penser qu'il serait postérieur à la Conquête. La Chaussée-Tirancourt (Somme).

  Même site. Grand fossé et levée de terre dont la surélévation a été faite de l'intérieur. Les taches sombres correspondent aux zones d'extraction de craie. Cette craie apparaît en blanc, là où la muraille a été rehaussée.

Un deuxième dispositif défensif. La Chaussée-Tirancourt (Somme).   Le camp romain arasé vient s'appuyer contre l'oppidum gaulois. Liercourt-Erondelle (Somme).
Un deuxième dispositif défensif, totalement arasé et parallèle au premier, date de la même période. Il a été fouillé par B. Bréart. Au premier plan, on distingue les reconstitutions archéologiques du site de Samara,
à La Chaussée-Tirancourt (Somme).
  Le camp romain arasé vient s'appuyer contre l'oppidum gaulois, là où la levée de terre est la plus haute. Liercourt-Erondelle (Somme).


Haut de page
page 1page 2