Grande voie d'Empire reliant Lyon à Boulogne-sur-Mer,
près d'Amiens à
St-Vast-en-Chaussée
(Somme).
 
Boulogne-sur-Mer
(Pas-de-Calais) et
son enceinte fortifiée.
L'habitat gallo-romain : Une longue période de paix et de prospérité
Une fièvre de bâtir
A B C D E F G H
page 1page 2
Grande voie d'Empire reliant Lyon à Boulogne-sur-Mer, près d'Amiens à St-Vast-en-Chaussée (Somme).

Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) et son enceinte fortifiée.
Malgré quelques troubles, une guerre civile en
69-70 après J.-C. et surtout un raid de barbares vers 175, la paix romaine s'installe dans le Nord de la France. Jamais on n'assista à une telle fièvre de bâtir : des villes d'abord, à l'initiative d'Auguste en 27 avant J.-C., car pour Rome, l'urbanisation est le symbole même de la civilisation.
 
Des villes ouvertes fort étendues
On crée des villes de toutes pièces, selon des plans préalablement établis, partiellement orthogonaux, et que l'on dote de grands monuments publics (temples, thermes, forum...), car il fallait s'imposer et "en imposer" aux autochtones. La ville de Samarobriva (Amiens), la cité des Ambiens, a été particulièrement étudiée. Elle est plus puissante que Lutèce (Paris) : au milieu du 1er siècle, elle couvre déjà une superficie de 40 hectares et atteint 160 hectares à son apogée.
Ce n'est que vers 275 qu'elle s'entoure de
remparts sur une vingtaine d'hectares, à la suite des terribles dévastations barbares échelonnées à partir de 254 (Massy, Bayard 1983). Les autres villes antiques de la Gaule du Nord suivent le même schéma d'évolution. Malheureusement, comme c'est souvent le cas, les villes d'aujourd'hui cachent les états antérieurs. Ainsi, généralement, rien n'est visible d'avion.
 
Les voies de communication anciennes
Le premier réseau de voies est essentiellement militaire. Il s'agit de celui d'Agrippa, mis en place en 19 avant J.-C.
Ces voies romaines sont encore bien repérables sur les clichés aériens. Elles ont pour but de relier entre elles les villes, chefs-lieux des cités (civitates), et de servir les objectifs impérialistes et militaires de Rome. Elles permettent, en outre l'accès à la mer : c'est le rôle de la grande voie d'Empire qui relie Lyon (Lugdunum), Amiens (Samarobriva), et Boulogne-sur-Mer (Gesoriacum), port de première importance, surtout après l'invasion de l'Angleterre par Claude en 42 après J.-C. et les guerres qui s'en suivent. C'est la seule ville du Nord qui restera constamment fortifiée.

Les courriers officiels circulent aussi rapidement que possible sur ces voies grâce au cursus publicus organisé par Auguste. Un peu comme sur nos autoroutes, on trouve des relais (mutatio), des gîtes d'étape (mansio), avec leur taverne (taberna), des restaurants (caupona), et des entrepôts (horrea).


Haut de page
page 1page 2