Le paysage
Un paysage imprégné d'histoire
page 1page 2page 3
La route moderne se superpose à la voie romaine à La Chaussée-Bois-d'Écu (Oise). Les métamorphoses d'une ancienne voie romaine à Pasly (Aisne). Tracé d'une voie romaine, trahie par des limites de champs, des chemins de terre, des alignements de buissons entre Cormeilles et Hardivillers (Oise).
(1) La route moderne se superpose
à la voie romaine à
La Chaussée-Bois-d'Écu (Oise).
(2) Les métamorphoses d'une ancienne voie romaine
à Pasly (Aisne).
(3) Tracé d'une voie romaine,
trahie par des limites de champs,
des chemins de terre, des
alignements de buissons entre
Cormeilles et Hardivillers (Oise).
 
Le paysage de la France a été façonné par l'homme (indices topographiques). Depuis des milliers d'années, les travaux des champs, les guerres, les aménagements successifs le marquent de leur empreinte, même si les remembrements récents ont souvent irrémédiablement saccagé ce patrimoine.
"Le paysage est le plus beau des monuments historiques" (R. Agache, 1974).

A ce sujet, Gaston Roupnel écrivait :
"Une nature que l'homme a façonnée à son service, qu'il a composée de ses œuvres
et emplie de ses tâches… Cette rustique création est le grand ouvrage des hommes"
(Roupnel, Histoire de la campagne française, 1932)
.

Notre paysage est donc un indice révélateur fondamental de la présence du passé. Même un non spécialiste peut discerner les voies romaines vieilles de 2000 ans. Certaines sont encore des routes rectilignes (1), d'autres apparaissent sous la forme de chemins de terre, de limites de champs (2), de haies ou d'arbustes alignés (3).


Haut de page
page 1page 2page 3