Noyelles-sur-Mer
(Somme), vue aérienne
d'enclos funéraires de l'âge du Bronze.
 
 
Les anomalies de la croissance des cultures
Les plantes parlent...
page 1page 2
Enclos funéraires de l'âge du Bronze. Noyelles-sur-Mer (Somme). Noyelles-sur-Mer (Somme), vue au sol pendant le sondage.
Noyelles-sur-Mer (Somme), vue au sol
pendant le sondage.

Les anomalies de la croissance des cultures (ou indices phytographiques) correspondent à une différence de hauteur et de couleur dans la pousse des cultures. Comme le dit fort justement Henri Delétang (1999) : "les plantes parlent".
En général, à l'emplacement d'anciens remblais, plus fertiles et plus humides, la végétation est plus vigoureuse et sa maturation est plus rapide. En revanche, les plantes ont tendance à s'étioler au niveau de substructions enfouies. Cependant, lors de conditions atmosphériques et météorologiques exceptionnelles, on observe l'inversion totale de ces phénomènes.
La sécheresse est particulièrement favorable à ces anomalies, surtout quand elle se produit au moment où la plante a besoin d'eau, c'est-à-dire quand sa croissance prend un vigoureux départ.

Différences dans la croissance des cultures
Dans des conditions climatiques normales, les plantes, et en particulier les céréales, permettent à l'archéologue aérien de bonnes observations, au moment où leur croissance est des plus rapides et dès lors qu'il n'y a pas encore trop d'épandages catastrophiques de désherbants sélectifs et d'engrais qui effacent rapidement presque toute différence.

Remiencourt (Somme), petit temple gallo-romain arasé.
Remiencourt (Somme), découverte des fondations
d'un petit temple gallo-romain arasé.

A Noyelles-sur-Mer dans la Somme, la hauteur des cultures est plus marquée au-dessus d'anciens remblais. La photo aérienne révèle des tracés subcirculaires correspondant à des enclos fossoyés de l'âge du Bronze.
Même site, vu au sol, peu après le repérage aérien.
Remiencourt (Somme), vue au sol.

Ces fossés, qui se sont lentement remblayés au cours des années, sont constitués d'une terre plus fertile. Cela explique la croissance plus vigoureuse des cultures à cet endroit. Ici, un sondage le confirme. Lorsqu'on enlève la terre arable, on comprend mieux que sur ces sols crayeux pauvres, les céréales poussent difficilement alors qu'elles sont nettement plus développées au-dessus de l'ancien fossé.
A l'inverse, les cultures poussent moins bien au-dessus de fondations enfouies, comme à Remiencourt (Somme) où elles sont moins vigoureuses au-dessus des fondations en craie d'un ancien petit temple gallo-romain. Cela s'observe aussi lors du contrôle au sol : céréales moins hautes et présence de quelques pierres blanches remontées par la charrue.


Haut de page
page 1page 2