Vaste zone cendreuse correspondant à un hameau médiéval disparu superposé à un sanctuaire gallo-romain. Chipilly (Somme).
 
Près de l'ancienne voie romaine, les labourages profonds remontent en surface des éléments de fondations d'un sanctuaire gallo-romain. Vermand-Marteville (Somme).
 
Les labourages profonds remontent en surface des remblais terreux des fosses et fossés circulaires d'une nécropole de l'âge du Bronze à Bailleul (Somme).
Les anomalies de la couleur des sols
Remontée en surface
page 1
Hameau médiéval disparu superposé à un sanctuaire gallo-romain. Chipilly (Somme).

Remontée en surface d'éléments de fondations d'un sanctuaire gallo-romain. Vermand-Marteville (Somme).

Remontée en surface de remblais des fossés circulaires d'une nécropole de l'âge du Bronze. Bailleul (Somme).
Après les labourages, et en particulier les labourages profonds, des anomalies de la couleur des terres (indices pédographiques ou soil marks en anglais) apparaissent soit par temps humide et brumeux, soit après de fortes pluies, car les socs de charrues remontent en surface des éléments crayeux provenant des fondations. Le plan d'ensemble de bâtiments antiques est alors parfaitement visible. Les labourages profonds font également remonter la terre plus argileuse en surface. Les contrastes révélateurs sont tout à fait différents. Tous les plans parus dans l'Atlas d'archéologie aérienne de Picardie (Agache et Bréart, 1975) ont été dressés de cette façon. Un tel travail est considérablement facilité par le fait que les terres labourées sont, l'hiver, dénudées et faciles d'accès. C'est essentiellement grâce à ces indices pédographiques que les plans des établissements gallo-romains sont maintenant si bien connus dans les terres fertiles de la Picardie et de l'Artois. Paradoxalement, un grand nombre de vestiges arasés ont été repérés sur ces riches terres limoneuses, alors que l'on pensait que seuls les sols pauvres et peu profonds étaient propices à la prospection aérienne.

Quelques toponymes révélateurs
Il y a longtemps que l'on sait que le toponyme "Les Terres Noires" est caractéristique d'aires cendreuses et humiques qui marquent l'emplacement de grands habitats disparus. Ces zones cendreuses apparaissent souvent de très loin, surtout à contre-jour. Il est fréquent cependant qu'elles ne soient visibles que sous un certain angle.
De même, le lieu-dit "Les Terres Rouges" marque généralement l'emplacement d'une villa gallo-romaine par l'abondance des tuiles et des tessons de poterie.


Haut de page
page 1