Il n’y a pas que les voies
romaines qui sont rectilignes...
À gauche, une ancienne ligne
de chemin de fer ; à droite,
un ancien pipeline !
Beuvraignes (Somme).
 
Les pièges et confusions
Se méfier de la similitude des formes
page 1page 2page 3page 4page 5page 6page 7
Les anomalies du paysage (indices topographiques), ces "métamorphoses végétales du passé", ont donné lieu à un grand nombre de méprises, surtout lorsqu'elles sont étudiées sur les couvertures aériennes sans contrôle sur le terrain et sans le secours de documents d'archives (cadastres, cartes anciennes et récentes, etc.). Certes, les voies romaines sont rectilignes et se trahissent par des alignements de chemins, de buissons, de haies, mais évitons de les confondre avec des pipelines et autres canalisations enfouies, ou avec d'anciennes
lignes de chemin de fer, envahies par la végétation. Même si, d'une certaine façon,
c'est déjà de l'archéologie...
De même, toutes les structures orthogonales ne sont pas romaines. La manie de voir des centuriations partout est plaisante. Des quadrillages agraires ou urbains peuvent être plus récents. Charlemagne, Napoléon Ier et surtout Mussolini (qui se considérait comme un empereur romain), ont été séduits par ce retour à l'Antique.
On a même vu un photo-interprétateur croire qu'il avait décelé une ville romaine submergée par la mer alors qu'il ne s'agissait que d'un parc à huîtres abandonné !


 
Ancienne gare et lignes de chemin de fer
abandonnées vers 1950 et vue partielle d'une
villa gallo-romaine à Fignières (Somme).
  À l’arrière plan, le cercle est un manège actuel pour
l’entraînement des chevaux. Au premier plan,
le cercle et sa nécropole est protohistorique.
Fouilloy (Somme).


Haut de page
page 1page 2page 3page 4page 5page 6page 7